Le monde des paradis fiscaux : ce qu’il faut comprendre

On entend souvent parler de paradis fiscal dans les actualités, surtout économiques. Pour les néophytes, il s’agit d’un pays qui offre des avantages fiscaux aux entreprises. Mais qu’en est-il vraiment ? Cet article vous sera utile pour tout savoir sur les paradis fiscaux.

Définition d’un paradis fiscal

Le paradis fiscal est un pays ou un territoire qui possède une fiscalité réduite ou inexistante. Cela signifie que le niveau d’imposition en vigueur dans cette zone est plus bas comparé aux pays membres de l’OCDE ou Organisation de Coopération et de Développement Économiques.

Ce sont généralement de petits pays isolés et discrets avec des ressources limitées, que ce soit en population ou en ressources naturelles. De ce fait, ils mettent en place une fiscalité avantageuse pour attirer les entreprises, les ménages et les riches particuliers. Ils prélèvent donc de faibles pourcentages sur de grosses sommes que ces derniers déposent sur leur territoire. Cela permet au pays de maximiser ses revenus fiscaux.

L’évasion fiscale consiste donc à éviter de payer les impôts sur des biens, des patrimoines ou des bénéfices. Ces territoires permettent aux évadés fiscaux d’économiser de l’argent et d’échapper aux fiscalités qui sont souvent très lourdes dans leur pays d’origine.

Les critères de définition des paradis fiscaux

L’OCDE a défini quelques critères pour désigner un pays de paradis fiscal. Le premier vient du fait que ce pays possède des impôts insignifiants ou même inexistants.

Par la suite, il n’existe aucune transparence en ce qui concerne les flux financiers et le régime fiscal. Le secret bancaire est l’un des avantages offerts par ces pays à ceux qui s’y installent. Les investisseurs et les fraudeurs peuvent être couverts par l’anonymat et donc protéger leur identité.

Ensuite, les paradis fiscaux empêchent autant que possible les échanges d’informations et de renseignements avec les administrations étrangères. Ils évitent également de signer des accords de coopération fiscale afin de pouvoir continuer à offrir leurs services à ceux qui le souhaitent. Ils sont alors très tolérants envers les sociétés-écrans ou les entreprises fictives.

Le monde des paradis fiscaux : ce qu’il faut comprendre

Ces pays ont une mauvaise réputation du fait qu’ils acceptent les entreprises, les banques ou les personnes qui effectuent des blanchiments d’argent sale obtenu par les trafics de drogues et de stupéfiants ou par la corruption.

Il est important de préciser que ces territoires bénéficient le plus souvent d’une grande stabilité politique. Cela joue sur la fiscalité du pays, mais cela évite surtout aux entreprises ou aux fraudeurs de devoir justifier du jour au lendemain les sommes qu’ils possèdent dans leur compte en banque.

Placer son argent dans les paradis fiscaux : les avantages

En France, vous devez obligatoirement déclarer tous vos revenus. Certaines personnes décident de s’installer à l’étranger ou dans un paradis fiscal pour échapper à ces contrôles. Mais pour les entreprises, il s’agit surtout de payer moins d’impôts.

Chaque pays possède sa liste noire de paradis fiscaux. Pour la France, nous pouvons citer le Panama, le Guatemala, les îles Marshall ou le Brunei. D’un point de vue international, l’Etat du Delaware aux États-Unis, le Luxembourg, les îles Caïmans, Les Bermudes et même Singapour, la Belgique et Hong-Kong sont considérés comme les meilleurs paradis fiscaux.

Une réponse à “Le monde des paradis fiscaux : ce qu’il faut comprendre”

  1. eduy dit :

    Merci pour ces informations 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.