Les supports d’épargne vont-ils changer en 2012 ?

épargne

Depuis le début de cette année, les rumeurs autour des produits d’épargne ne cessent de grandir. En tout début d’année, il était question d’intégrer des réformes dans le cadre des programmes de présidentielle. Au 1er février, une annonce avait été faîte précisant que le taux du premier placement d’épargne en France allait conserver son taux à 2,25%. Suite à cette information, l’ex-candidat François Hollande a annoncé que s’il devenait président, il réformerait le Livret A, de sorte à ce que ce dernier soit plafonné au double de son seuil précédent.

Le 6 mai 2012, lors de l’annonce du nouveau président de la République, les banques se sont immédiatement opposées au projet de loi visant à doubler le seuil de dépôt sur le Livret A. Dès lors, de nombreuses discussions ont eu lieu, et à ce jour, rien n’a été fait, à part discuter. D’ailleurs, il serait même question de taxer les intérêts de certains produits de placement.

Les dépôts vont-ils changer de destination ?

Suite aux premières annonces de doublement de plafond pour le produit d’épargne préféré des Français, les journalistes avaient alors publié des articles précisant que d’autres supports d’épargne risqueraient de se faire pénaliser puisque tout le monde centraliserait ses économies au sein du Livret A. En gros, la collecte globale de ce placement franchirait rapidement les 250 milliards d’euros, alors que d’autres supports perdraient en conséquence et entraîneraient naturellement un moindre financement de certaines actions.

La plus grande crainte se fait ressentir du côté des banques qui perdraient une bonne partie de l’épargne disposée sur les « super livrets » qui serait immédiatement réinjectée sur d’autres supports qui sont eux défiscalisés contrairement aux premiers.

Quelles prévisions pour le deuxième semestre 2012 ?

Alors même que le gouvernement vient d’annoncer un maintient du taux du Livret A à 2,25%, une éventuelle taxation des intérêts et une repousse sans cesse du projet du doublement de plafond, les préoccupations actuelles des Français, ne sont plus du tout les mêmes qu’il y a quelques mois. Désormais, tout le monde souhaite que la mise en application des projets soit effective, tout en augmentant les taux d’intérêts. Certains rêvent même de revoir les taux connus à la fin des années 70 où ils approchaient les 20% nets par an ! On se contenterait même des taux de la fin des années 80 (notons cependant que les contextes n’avaient rien à voir avec maintenant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *