La taxe sur les transactions financières votée

Applicable à compter du 1er août prochain, la taxe sur les transactions financières a été votée aujourd’hui. La cible visée est le public achetant des actions d’entreprises françaises qui sont cotées à Paris. Le gouvernement estime récupérer 1 milliard et demi d’euros par an grâce à ce nouveau dispositif.

Pour le coup, toutes les classes politiques s’entendent sur cette loi puisque l’ancienne majorité avait initié le projet et ce dernier a été adopté ce jeudi à l’Assemblée Nationale. En gros, la taxe s’appliquera pour l’achat d’actions dont les entreprises ont un siège social en France et dont la capitalisation boursière est d’un milliard d’euros au minimum. Plus de 100 compagnies sont concernées.

Que l’on réside à Paris, à Londres, à Los Angeles ou à Melbourne, on devra forcément payer cette taxe si on effectue un achat d’actions. Cet impôt ne vise donc pas seulement les investisseurs locaux, mais bel et bien tout le monde, dès lors qu’il s’agit de l’achat d’une action française.

Selon différents gestionnaires de patrimoine, sachant que la taxe s’élève à 0,2% de la valeur de l’action, il ne risque pas d’y avoir d’effet dissuasif en sachant que les plus-values recherchées s’expriment souvent à 8, 10, 12%.

Cependant, cette loi peut être contournée dans la mesure où certaines entreprises cotées à Paris, le sont également à l’étranger. Par exemple, Total est cotée à Wall Street, ce qui pourrait diminuer le volume des transactions sur la place parisienne et augmenter celui de New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *